La théorie du fil parfait…

C’est quoi encore cette idée !?

Bon, juste avant d’exposer mon point du vue du fil parfait, petit bulletin d’humeur, je suis content ! Ben ouais, je viens de pulvériser mon record d’endurance ce soir ! Pas en distance, mais en temps… ca fait plaisir de courir 54 minutes tout de meme ! Et encore j’aurais pu continuer, je tenais un bon rythme ! Mais bon, il ne faisait plus très jour, et au bout d’un moment on finit par s’ennuyer quand meme… Ah ouais, j’allais oublier, ça fait 20 tours de piste, soit 8 kilometres,  c’est pas beau ?
Sinon, bilan de la journée, j’ai enfin commencé à continuer mon rapport, j’ai une dizaine de page… Bon c’étaient les plus faciles, mais bon, c’est déjà ça de fait ! ca se trouve faudra tout refaire, je suis tellement à fond dedans… bon enfin bref, chais pas pourquoi je raconte ma vie, j’ai rien d’autre à faire !
Donc je vais continuer… Parce que la théorie du fil parfait, quand même fallait y penser ! Et évidemment, faut que ça arrive quand je prends ma douche ! Ben ouais… ca inspire ! Ptetre le jet d’eau ça fait des fils, je sais pas comment ça m’est venu !
Bref, voici à quoi je réfléchissais…
Un fil, quand on tire dessus, si on exerce une trop forte pression, il casse. Le truc, c’est de savoirà quel endroit il casse exactement… Si on prend un fil de couture, on peut supposer qu’il casse à  l’endroit le moins résistant. Théoriquement la force appliqué à l’ensemble du fil est uniforme, on tient le fil par un bout, on tire avec l’autre bout.
C’est comme pour les cheveux ! (Ahh, c’est peut-être Head & Shoulders qui me fait penser à des trucs aussi tordus !) Prenez un cheveu, tirez dessus, on peut supposer que l’endroit ou il casse soit un endroit plus fragile que le reste du cheveu.
Bon, maintenant, supposons qu’on prenne un fil sans aucun défaut. On l’attache de façon à ce qu’aucune zone ne subisse plus de force qu’une autre zone. En pratique je pense pas que ce soit faisable, mais en théorie, c’est envisageable. A l’autre bout, on y attache une masse assez conséquente, pareil, de façon à ce que le fil subisse sur toute sa longueur la meme force.
donc on a un truc du genre :
_________________________
                    |
                    |
                    |
                    |
                 [¯¯¯]
La masse étant assez conséquente, le fil doit casser. Mais où ? Toute la longueur subit la même force. Le fil est strictement identique sur toute la longueur. Même si on pense à un fil en plastique, qui devrait s’étirer sous l’action du poids, peut-on dire que l’étirement sera au milieu du fil, et que le fil pètera en plein milieu ?
Et si on prend quelque chose de pas étirable, ça pète, ou ça pète pas ? Et si ça pète, est-ce qu’il ne se coupe qu’en deux ? pourquoi pas en milliards de molécules ?
Bon, enfin c’était la pensée du jour… A vous de trouver le fil parfait, de l’attacher parfaitement, et quand vous aurez testé, vous me direz où ça pète !
Sur ce, il se fait  tard, et les reflexions philosophiques de ce genre c’est pas bon pour s’endormir… Pffff demain c’est parti pour une autre journée “rapport” ! Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr :’(

One thought on “La théorie du fil parfait…

  1. Je pense que la traction n’est pas la même sur tout le fil, à savoir qu’en lachant la masse pendue au fil,en douceur bien sur! la force se manifeste d’abord sur les deux extrémités, puis converge vers le centre, c’est la résultante des forces qui s’applique,jusqu’à se concentrer vers le milieu(+ou- le défaut) ou le poids de la masse + la traction de l’attache se rejoignent,provoquant la rupture….sauf défaut,elle ne peut être qu’en son centre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *